Projets en cours - Transition énergétique

CEVEnRGIE : Autoconsommation Collective Citoyenne en Hautes Vallées Cévenoles

Vous souhaitez faire installer des panneaux photovoltaïques

Dans le cadre de l’opération d’autoconsommation collective citoyenne, de nombreux participants aux réunions publiques ont souhaité un annuaire des professionnels de la région qualifié RGE, à même d’effectuer des installations photovoltaïques.

Contexte

► Depuis 2022 les prix de l’énergie ont fortement varié, mettant en difficulté particuliers, collectivités, artisans et entreprises.
► Le territoire cévenol possède un fort ensoleillement, propice à la production d’énergie photovoltaïque.
► Le Syndicat des Hautes Vallées Cévenoles, engagé dans la démarche Agenda 2030 des objectifs de développement durable de l’ONU, a la volonté d’amplifier la production locales d’énergies renouvelables.
► Cette démarche s’accompagne d’une volonté de lutter contre la précarité énergétique sur le territoire.
► Le développement de l’ACC est une solution économique et respectueuse de l’environnement

Initié par la commune de Saint-Michel-de-Dèze, le projet d’autoconsommation collective citoyenne à l’échelle des hautes vallées cévenoles, entre Gard et Lozère, émane d’une demande la région de fédérer les projets d’énergies renouvelables à l’échelle de l’ensemble de notre territoire.

 

Autoconsommer à plusieurs est intéressant pour optimiser la consommation de l’énergie produite sur place et ainsi en revendre le moins possible aux opérateurs énergétiques (qui rachètent cette énergie moins chère qu’ils ne vendent celle qu’ils produisent).

 

Saint-Michel-de-Dèze possède déjà une centrale photovoltaïque sur le toit de l’école et envisageait de créer une centrale à l’échelle de la commune (centrale villageoise). En partenariat avec la Communauté de Communes des Cévennes au Mont Lozère, du Syndicat des Hautes Vallées Cévenoles et de la SAS Cévennes durables, l’idée s’est vite fait jour d’aller au-delà de la commune et de fédérer l’ensemble du territoire autour de ce concept d’autoconsommation collective citoyenne.

 

Les conditions pour le faire sont aujourd’hui assez favorables. La crise énergétique de 2022-2023 a incité l’état à lever des freins : extension possible de la distance d’interconnexion entre producteurs et consommateurs et subventions à l’autoconsommation. Il est, de plus, possible d’utiliser les lignes électriques déjà existantes sur une distance de 20 km dans nos communes peu denses en population. Enfin les compteurs intelligents, qui équipent maintenant presque tous les foyers, permettent d’obtenir les données techniques de production et de consommation des participants au projet afin de pouvoir rémunérer les producteurs et facturer les consommateurs.

Plusieurs réunions publiques ont déjà eu lieu à Saint-Martin-de-Boubaux, Saint-Etienne-Vallée-Française, Saint-Michel-de-Dèze (photo) et au Pont de Montvert -Sud Mont Lozère. L’accueil des nombreux participants a été très positif et les communes participantes commencent à demander aux habitants de se positionner pour savoir s’ils souhaitent rejoindre l’une des grappes de ce projet.

 

Résolument citoyen, cette démarche offre plusieurs entrées pour les administrés : prendre des parts dans la SAS Cévennes Durable qui pourra financer des installations de production photovoltaïques, partager une installation existante ou louer sa toiture pour en installer une, devenir acheteur du courant produit, participer à la gouvernance du projet aux côtés des communes.

 

Après une réflexion initiée en 2023, l’année 2024 sera celle des études plus poussées et de la mise en place de la structure administrative et juridique. Il faudra ensuite installer les nouvelles centrales, relier celles existantes, proposer des contrats pour proposer une énergie électrique « cévenole » autour de 2025.

 

Si vous êtes intéressé par ce concept et que vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à participer aux prochaines réunions d’information qui auront lieu au premier trimestre 2024 un peu partout dans les hautes vallées cévenoles.

Bois-Energie : une filière locale

Nos chargés de mission transition énergétique et forêt travaillent en commun sur le développement de la filière bois-énergie (chaudière biomasse) en approvisionnement local et circuit très court.

 

Les belles forêts cévenoles sont une attraction essentielle pour le tourisme et le bien-être des habitants, et ce sont également des ressources importantes en énergie de proximité.

Plusieurs communes ont déjà optées pour les réseaux de chaleurs avec des chaudières au bois local : Cendras, Lamelouze, Saint-Martin-de-Boubaux, Vialas, Saint-Michel-de-Dèze.

 

Le maillage des réseaux de chaleur à biomasse s’élargit dans les hautes vallées cévenoles avec deux nouvelles chaudières bois, et les conduites de chaleur qui les accompagnent, à Cendras et à Sénéchas.

 

À Cendras la nouvelle chaudière à copeaux de bois a une puissance de 120 kW et inaugure un second réseau de chaleur pour la commune. Elle alimente la salle polyvalente, le foyer des Jonquilles, la friperie solidaire et la médiathèque. Il sera même possible de l’étendre par la suite à d’autres bâtiments proches. Le combustible aura une provenance locale et sera fourni par le chantier d’insertion « Les Jardins du Galeizon ».

 

À Sénéchas, la nouvelle chaudière à plaquettes a été mise en service en octobre 2023. D’une puissance de 40 kW, elle alimente en chaleur le bâtiment de l’ancien presbytère. Là encore le bois proviendra des Cévennes depuis la plateforme de Concoule. Une inauguration officielle a eu lieu au début de l’année 2024.

 

A Portes, des études sont en cours pour mettre en place une chaudière à copeaux de bois au niveau de l’école de l’Affenadou, avec un réseau de chaleur qui devrait alimenter plusieurs bâtiments proches.

A Saint-Etienne-Vallée-Française, les études sont terminées et un réseau de chaleur va voir le jour pour plusieurs bâtiments publiques du centre de la commune.

Chaufferie biomasse à Vialas

Valoriser les rémanents issus des OLD

L’obligation légale de débroussaillement (OLD) est un outil règlementaire sur lequel l’Etat s’appuie pour s’assurer de limiter les dégâts aux biens et aux personnes en cas d’incendie. Cette obligation  produit beaucoup de rémanents et la commune de St-Paul-La-Coste, avec son maire, M. Adrien Chapon, souhaite valoriser ces rémanents pour alimenter une chaudière biomasse qui produirait de la chaleur pour le centre de la commune : mairie, salle polyvalente, restaurant, habitations aux alentours.

Avec l’aide de la CCI du Gard et le soutien du Syndicat des Hautes Vallées Cévenoles, ce projet est en cours de conception et l’approvisionnement en bois serait complété par un accord avec plusieurs propriétaires fonciers de la commune. De cette façon, tout le bois nécessaire pour le chauffage voyagerait sur seulement quelques centaines de mètres.

(Visited 204 times, 1 visits today)